Constat surprenant : un tiers des Français détiendrait des pièces, lingots ou bijoux en or, plus étonnant encore : 12% des détenteurs auraient entre 25 et 34 ans. Nous sommes loin de l’image quelque peu éculée du grand père et de ses bas de laine cachés sous le matelas.

 

La jeune génération a de l’appétence pour les biens d’investissement en or

Ceux que l’on désigne comme la génération Y sont donc nombreux à investir dans les métaux précieux. Ils ne semblent afficher aucune préférence pour les supports d’investissement et placent aussi bien dans les pièces d’investissement que les lingots mais aussi les certificats et les ETF (Exchange Traded Funds).

 

Ces chiffres ont été relevés dans le cadre d’une étude OpinionWay et identifient cette génération comme la première en termes de détention d’or d’investissement. La génération de 65 ans et plus arrive seconde avec 11%. On peut s’interroger sur les causes qui poussent les plus jeunes à l’accumulation tandis que la génération du dessus ne semble pas avoir suivi le même chemin.

Un investissement contre la crise

Hormis les Napoléon et lingotins offerts par les grands-parents aux plus jeunes, il semble que ces derniers aient adopté une démarche individuelle d’investissement. Cette recherche de l’accumulation serait en fait imputable à la situation économique dans laquelle ils ont évolué dès leur plus jeune âge. Pour certains, l’entrée sur le marché du travail s’est faite en pleine crise des subprimes, d’autres l’ont connue tandis qu’ils étudiaient encore.

 

De cette crise, ils ont retiré une certaine aversion ainsi qu’une méfiance à l’égard du système bancaire, ce qui les pousse également à s’inscrire dans le mouvement en plein essor des crypto-monnaies. Outre cette méfiance, ils cultivent une certaine crainte de l’avenir, eux que l’on a habitué très tôt à des rengaines telles que « vous n’aurez pas de retraite et devrez payer celles de vos parents ». Ils sont d’ailleurs 71% à être fatalistes sur l’avenir économique de la France contre une moyenne de 62% sur l’ensemble de la population française.

En quelle quantité ?

 

Autre chiffre étonnant : la proportion d’hommes détenteurs de métal jaune est plus de deux fois supérieure à celle des femmes, respectivement 11% contre 5%. Evidemment, il convient de prendre en compte les différentes variétés d’or incluses dans le calcul. Ainsi, dès lors qu’on raisonne en termes de bijoux ou tout ce qui diffère de l’or d’investissement on note un inversement du rapport. En effet, les femmes sont 30% à détenir du métal jaune contre seulement 15% chez leurs homologues masculins.

 

Toutes catégories confondues les Français sont 28%, soit près d’un tiers de la population à détenir de l’or et la totalité de cette réserve est estimée entre 2000 et 2500 tonnes. Rapporté à la population nationale détentrice d’or, cela équivaudrait à une moyenne comprise entre 105 et 130 grammes d’or pur par Français ayant déclaré détenir du métal jaune. En se basant sur le cours actuel, cette réserve équivaudrait donc à un montant estimé entre 70 et 90 milliards d’euros, soit quasiment autant que la Banque de France.

 

Le statut de valeur refuge des métaux précieux et de l’or en particulier constitue donc un argument de poids aux yeux de ces épargnants et investisseurs. Ils seraient 67% à considérer l’or comme tel face à des produits d’épargne en déclin. L’or serait ainsi le troisième produit d’épargne préféré des Français après l’immobilier et l’assurance vie.

 

Ce bilan ne peut être qu’être appelé à se confirmer après la récente exclusion de l’or physique du calcul de l’ISF (devenu IFI).

Recommended Posts